Comment procéder à la rénovation de sa toiture ?

La rénovation de la toiture est une opération qui engage des travaux importants. Vous devez en même temps, l’isoler, revoir son étanchéité et changer les tuiles s’il le faut. Ces étapes sont indispensables pour vivre sainement au sein d’un habitat et surtout pour réaliser des économies d’énergie.

S’il est recommandé de rénover le toit de la maison tous les 20 à 30 ans, certaines réparations peuvent s’effectuer bien souvent pour le préserver. Suivez les conseils dans cet article pour réussir brillamment vos travaux.

À quel moment faut-il remplacer la toiture ?

roofers-2891664_1280

Le toit est l’élément principal qui sert à protéger et à sécuriser l’ensemble d’une habitation. Il ajoute aussi une touche esthétique tout en assurant le confort de ses habitants. Généralement, ce sont les conditions météorologiques, les contraintes extérieures qui l’abîment. Ainsi, pour le maintenir en bon état, vous devez régulièrement la rénover.

Les travaux de rénovation concernant le toit contiennent la réparation du revêtement en faisant des traitements spécifiques comme le remplacer lorsqu’il est en très mauvais état. Il faut que la construction soit intacte. Dans ce cas, c’est la couverture qui doit être changée. Au cas où la toiture a subi de graves dégâts, vous devez ainsi la remplacer en entier.

Il est donc très important de contrôler cette partie de son logement au moins une fois par an ou après un épisode d’intempéries. N’hésitez pas à appeler un couvreur :

  • Tous les 10 ans pour un toit de moins de 10 ans
  • Tous les 2 ans pour un toit de 20 ans
  • Tous les ans pour un toit de 40 ans

En faisant cela, vous conservez votre toiture en bon état. Ce réflexe permet aussi de repérer les signes annonciateurs de problèmes, tels que :

  • Le manque de tuile ou d’ardoise
  • L’absence d’infiltration et de fuites d’eau
  • L’apparition de mousse ou de lichen sur les tuiles
  • L’oxydation des crochets des ardoises
  • L’ondulation des tuiles
  • La rugosité de la couverture en zinc

Le déroulement des travaux de rénovation de la toiture

http-www-2363519_1280

Une fois que le chantier démarre, vous devez régulièrement vérifier le bon déroulement de celui-ci. Bien évidemment, vous ne pouvez pas directement monter sur le toit. L’unique technique pour assurer l’avancement des travaux c’est de suivre à la lettre les différentes étapes ci-dessous :

  • La mise en place de la couverture

Cette étape très délicate est obligatoire dans les réfections des toits. Pour commencer, l’artisan met une bâche d’étanchéité composée de polyéthylène. Cet élément garantit rapidement l’étanchéité du toit, notamment en cas de tempêtes. Cette couverture sert également à protéger la charpente mise à nue.

  • La dépose des éléments d’étanchéité

Pour accroître encore plus l’étanchéité de cette couverture, installez un écran de sous toiture (HPV). C’est un procédé indispensable en cas de rénovation complète du toit. Cet élément se place entre le matériau de couverture et la charpente. Il se présente sous forme d’un film fin rigide ou souple.

En le mettant en place, le couvreur limite les risques d’infiltrations au sein du bâtiment spécifiquement autour des points sensibles comme la cheminée ou l’antenne. Il est d’ailleurs obligatoire si une tuile se déplace par coup de vent. En outre, il permet de préserver les qualités techniques de l’isolant des combles. Grâce à cela, vous aurez une réduction considérable de vos factures d’énergie mensuelles.

  • La pose de la couverture

Après la fixation du support de couverture et des éléments qui la composent (bandeau, closoir et bandes de rives), il y a la mise en place du revêtement de couverture que vous avez choisi.

Prêtez une attention particulière aux abergements qui assurent l’étanchéité tout autour des cheminées, des fenêtres de toit. Quand la tuile, l’ardoise ou le zinc est posé, le couvreur finalise ses travaux en installant la zinguerie : les gouttières, les descentes de rives, etc.

  • La fin du chantier

Lorsque tous les travaux sont achevés, vous devez établir un procès-verbal de réception des travaux en compagnie de l’artisan que vous avez engagé. Vérifiez attentivement le raccord des éléments de zinguerie, les abergements, la pose des tuiles et les raccords avec les fenêtres.

Conservez bien tous les documents relatifs à votre chantier. Ils vous serviront dans les 10 années à venir.

Le prix de la rénovation de toiture

cost-4164570_1280

En fait le budget à prévoir lors de la rénovation du toit dépend de plusieurs critères comme son état, son ancienneté, le type de toiture, à quand remonte la dernière réparation, les matériaux de couverture installés, etc. Mais, vos dépenses peuvent être réduites en sollicitant les aides financières, les subventions ou incitations fiscales.

Avant de réduire votre tarif par le biais des différentes aides, comparez d’abord les entreprises en concurrence. Utilisez les formulaires gratuits sur les sites des entreprises ou des couvreurs pour avoir une offre sans engagement. Cet outil permet d’obtenir plusieurs exemples de devis et une estimation du coût au m² de la rénovation des toits en générale.

  • L’aide ANAH

Les aides financières peuvent être attribuées par l’État par le biais de l’ANAH. Cette subvention est accordée dans le cadre de trois programmes respectifs : « Habiter Sain », « Habiter Serein » ou « Habiter Mieux ».

L’habitat ANAH est éligible à ces subventions sous certaines conditions :

  • s’il est achevé depuis plus de 15 ans
  • si le propriétaire n’a pas eu droit à un PTZ depuis 5 ans.

Les travaux de rénovation devront commencer après le dépôt de demande d’aides. Cette prime énergie rénovation toiture ne sera pas identique pour les foyers modestes et très modestes.

  • L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)

Accessible à tous les propriétaires, qu’ils occupent leur logement ou qu’ils le mettent en location, l’éco-PTZ permet de bénéficier d’un prêt d’un montant maximal de 30 000 €. Il concerne particulièrement tous les travaux de couverture réalisés par un professionnel RGE et pour les montants suivants :

  • 30 000 € pour la performance énergétique globale ou pour un bouquet de 3 travaux ou plus sur 15 ans ;
  • 25 000 € pour un bouquet de 2 travaux sur 10 ans ;
  • 15 000 € pour une action seule (7 000 € pour les parois vitrées) ;
  • 10 000 € pour un système d’assainissement non collectif.

En outre, un éco-prêt copropriété, réservé aux syndicats de copropriétaires est aussi disponible. Le PTZ est cumulable avec le CITE, ancien CIDD et le prêt complémentaire de développement durable. C’est une aide très attractive, car il permet de réduire le budget global de plusieurs milliers d’euros.

  • La prime exceptionnelle de rénovation énergétique

La prime exceptionnelle de rénovation énergétique PERE s’adresse à tous les propriétaires occupants ayant des revenus moyens et qui désirant entreprendre des travaux de réfection de toiture.

Elle concerne principalement la résidence principale de plus de 2 ans en Métropole. Dans les départements d’Outre-mer, par contre, elle considère au moins 2 actions du bouquet de travaux réalisés par des professionnels.

Les catégories du bouquet comprennent : l’isolation de la toiture, des murs qui donnent accès sur l’extérieur, des parois vitrées, l’installation de chauffage, ou encore la pose d’un système de production d’eau chaude à énergie renouvelable.

Les travaux d’isolation doivent concerner l’ensemble de la toiture avec des isolants aux caractéristiques suivantes :

  • planchers en combles non aménageables : R=7 m². K/W
  • rampants de toiture et plafonds des combles aménagés : R=6 m². K/W
  • toitures plates/terrasse : R=4.5m². K/W

La prime exceptionnelle de rénovation énergétique se décline sous la forme d’une seule prime de 1 350 € par logement.

Tous nos conseils sur le prix d’une pompe à chaleur

La pompe à chaleur permet de capter l’énergie qui se trouve à l’extérieur de la maison venant du sol ou de l’air, pour ensuite l’injecter à l’intérieur par le biais d’un radiateur, d’un ventilo-convecteur et d’un plancher chauffant.

La pompe à chaleur hybride est une alternative intéressante qui combine les fonctions de la chaudière gaz et celle de la PAC. C’est donc une autre option au poêle à granulés de bois qui est souvent évoqué ces derniers temps. Mais alors, un tel chauffage coûte combien exactement ? La réponse dans cet article.

Le prix d’une pompe à chaleur gaz

hand-3689232_1280

Contrairement à une pompe à chaleur électrique, la pompe à chaleur gaz fonctionne avec du gaz naturel, mais également avec du propane.

Pour sa part, le modèle Boostheat utilise le CO2 comme fluide frigorigène. Ce principe est 2 000 fois moins polluant que les autres fluides classiques. Lorsque la température extérieure est en baisse, ses performances restent optimales grâce au fort pouvoir de compression du CO2 et à son module chaudière à condensation. Ce dernier vient seconder la PAC dont le rendement se dégrade avec les températures négatives.

Lire la suite