Covid, crise, les conséquences sur les crédits

Maux planétaire, le covid n’a rien épargné sur son passage et en ligne de mire les crédits. Suite aux mesures sanitaires, la quasi-totalité des activités économiques sont en suspens ou connait une crise problématique. Les emprunteurs restent ainsi perplexes quant à leur situation sur les remboursements. A quoi doit alors s’attendre les emprunteurs ? Dans une telle situation, nous faisons le point rapidement pour vous. 

Le taux de l’immobilier

Avec le covid, des projets financés par crédits tombent à l’eau ou reste dangereusement en suspens. Si la première vague de confinement a fait des siennes, la seconde vague risque d’avoir des impacts conséquents sur les crédits. Même si les taux d’emprunt sont restés statiques lors du premier confinement, les nouvelles crises du second confinement risque de chambouler la situation des crédits bancaires. Avec la crise, des changements drastiques sont survenus auprès des banques mais jusqu’à maintenant la situation est incertaine en ce qui concerne la variabilité des taux.

Toutefois, certaines banques n’espèrent pas un nouveau redressement économique dans les temps. Avec le covid qui risque encore de frapper, la situation reste toujours incertaine. Le taux applicable demeure ainsi dans le flou bien que certains organismes envisagent déjà le pire et se préparent en conséquence. 

Des emprunteurs dans le rouge

Entre activités limités, en suspens, le chômage et une crise économique sans précédent, les emprunteurs se retrouvent dans une situation difficile. Pour réaliser leurs projets, certaines personnes ont contracté des crédits importants. Or, les restrictions sanitaires ont limités au maximum les déplacements et les activités. Ainsi, les projets jugés non essentiels restent en suspens. C’est le cas surtout des vendeurs et des prestataires de services. Avec des activités en stop, aucune rentabilité n’est envisageable. D’où l’impossibilité de rembourser les crédits. Les emprunteurs font ainsi face à un cumul important. 

Ce taux d’endettement limite non seulement l’accès à un autre crédit mais plonge l’emprunteur dans une situation encore plus critique. En effet, pour pourvoir aux besoins quotidiens, certains emprunteurs sont dans l’obligation d’emprunter d’autres crédits en sus. 

Des établissements très sélectifs

Avec un taux d’endettement fixé à 33%, impossible pour tout le monde d’accéder aux crédits durant la crise sanitaire. En effet, certaines personnes ne disposant plus de revenus fixes, les banques restes craintives quant à leurs situations. Les établissements bancaires sont ainsi devenus très sélectifs. Ils marginalisent les ménages à faibles revenus et même la classe moyenne commence à faire partie du lot. Et même si ces catégories restent dans la ligne de mire, les banques sont aussi sélectives sur les personnes qui sont déjà propriétaires et souhaitant acquérir une résidence secondaire. 

Avec une telle situation, impossible pour une grande partie de personnes de contracter de nouveaux crédits. A noter qu’un cumul excessif est perçu négativement par les banques mais aussi par les organismes privés. Une situation encore plus difficile pour les emprunteurs qui veulent souscrire à de nouveaux crédits. 

Le rachat de crédit : une solution prisée

Face à la crise, le rachat de crédit revient en force auprès des personnes avec des cumuls importants. Le but est alors de faire baisser son taux d’endettement de sorte à rendre possible un remboursement plus rapide. Le processus parait paradoxal mais pour le rachat de crédit, la personne doit contracter un nouveau crédit, ajouté aux crédits déjà en cours. Via ce processus, l’emprunteur pourra regrouper tous les crédits en un seul. Cela permet de lisser les dettes et rallonger le remboursement. Une solution viable sur le long terme et permettant de ne pas atteindre le taux d’endettement de 33%.  

Si vous souhaitez procéder à un rachat de crédit immobilier, il est toujours préférable de faire une simulation en ligne pour avoir une idée du taux appliqué. L’intervention d’un courtier est aussi d’une grande aide pour des négociations auprès des banques ou dans le choix d’un nouveau crédit. 

Des délais de traitement plus longs

Avec le covid, les salariés dans les banques sont souvent limités. D’autant plus qu’avec le premier confinement et le second au programme, les banques sont au ralenti face aux traitements des dossiers en cours. Si vous faites ainsi partie des personnes qui ont des demandes en cours, il faut être très patients car les traitements prennent plus de temps. Bien que le télétravail soit la nouvelle mode suite à la crise, les banques ne peuvent pas forcément annuler le ralentissement des traitements des dossiers. Pour ceux qui ont des crédits en cours et veulent rallonger le délais de remboursement, cette action est tout à fait possible. Mais dans ce genre de cas, des frais sont appliqués car il y aura automatiquement des intérêts supplémentaires. 

Il faut se rappeler aussi qu’avec la crise, les banques croulent sous les demandes diverses. Et parmi les demandes en hausse, on note spécifiquement celles pour le rachat, suspension d’échéance ou de rallongement. Vous devez ainsi être patient auprès de votre banquier. Notez également que pour le traitement des dossiers, des ordres de priorisations existent. 

Un surendettement inévitable

La réalité actuelle est sans précédent. Le surendettement rattrape de nombreux foyers. Avec le covid et les restrictions sanitaires, les revenus sont en constante diminution. En cause principalement le chômage. Une situation cauchemardesque car près de 70% des emprunteurs n’ont pas encore remboursé leurs crédits immobiliers. S’ajoutent à cela les autres crédits et les charges fixes mensuels.

Actuellement, les foyers entrent dans un surendettement inévitable. Car avec un revenu en diminution voire inexistant, les foyers ne peuvent plus payer les charges. Il s’agit alors d’un surendettement sans crédit. En effet, même avec un crédit déjà remboursé, il est possible qu’une personne soit en surendettement bien que le cas soit rare. 

Des banques dans une situation délicate mais toujours ouvertes

Lors du premier confinement, toutes les banques ont été prises de court. Les mesures étant survenues subitement, les changements drastiques ont chamboulé l’organisation en général. Une raison pour laquelle les banques se sont trouvées dans des situations problématiques. Cette situation subite a toutefois servi de leçon aux banques. 

Ainsi pour le second confinement, les banques sont mieux préparées. En effet, les réalités précédentes on permit aux banques d’être mieux organisées. Ainsi, nombreuses ont déployé des logiciels de traitements de dossiers auprès des salariés experts en crédits en télétravail. Même avec des ouvertures souvent modifiées, les banques restent toujours accessibles aux clients. Ces derniers peuvent ainsi envisager un aboutissement de leur dossier dans les temps. Les banques restent toutefois très prudentes face à la situation mais cela ne vous empêche pas de demander des conseils et la validité de votre dossier pour une nouvelle souscription. 

Peut-on toujours signer un compromis de vente ?

Même si la situation reste incertaine, pour les détenteurs de projets immobiliers, la signature de compromis de vente est toujours valable. L’acte peut s’effectuer à distance en sollicitant un notaire. Le compromis de vente contient des conditions suspensives qui constituent sa faisabilité. Si l’achat est financé par un prêt bancaire, la transaction ne peut s’effectuer que quand l’emprunt est accordé à l’emprunteur. Toutefois, l’emprunteur doit respecter le délai imposé pour contracter son crédit dans les temps. Et en général, il est de un mois. Pour les projets immobiliers, le covid permet d’appliquer tout de même certaines possibilités pour les nouveaux acquéreurs à condition d’avoir un dossier valide et qu’il soit éligible. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s