Comment faire une bouture de rosier?

Les roses, ainsi que l’ensemble de tous les végétaux, sont pleines de vie et de sensibilité. Leur manipulation requiert du tact et du savoir-faire. Pour les amoureux inconditionnels des roses, vouloir de nouveaux spécimens et chercher à rajeunir les plantes existantes est naturel. Pour l’un comme pour l’autre, le recours à la bouture est la solution idéale.

La multiplication d’un ou de plusieurs rosiers est une tache très facile. La bouture est la solution adéquate pour la préservation, ainsi que la reproduction d’un rosier de votre choix.

Quel est le moment propice pour s’adonner à la bouture d’un rosier ?

hatena-1184896_1280(1)

Dès que le mois d’août se termine et jusqu’à l’arrivée du mois d’octobre,  il est possible de bouturer des  rosiers. Il est important de noter que tous les rosiers peuvent être bouturés. Cependant, certains types seront plus difficiles à bouturer par rapport à d’autres. Alors, n’hésitez surtout pas à effectuer de nombreuses boutures pour avoir une plus grande possibilité de réussite.

Comment s’y prendre pour la bouture d’un rosier ?

rose-3370605_1280

Vous devez passer par quatre grandes étapes pour réaliser une bouture de rosier. Mais avant tout, il vous faut quelques matériels indispensables. Vous aurez besoin d’un sécateur désinfecté et propre, d’un pot, d’une hormone de bouture, d’un terreau léger, d’un arrosoir, ainsi que d’une cloche en verre ou en plastique.

  • Étape 1 : Le prélèvement des tiges de boutures

Pour commencer, vous devez prélever de nombreuses branches. Notez que celles-ci doivent être les jeunes de l’année défleurie que vous trouverez en dessous d’une feuille. Il est primordial que les rameaux comportent plusieurs bourgeons ainsi que plusieurs feuilles. Le nombre de feuilles peut aller de 6 à 8.  Veillez à ce que les rameaux soient droits, pleins de vigueur et en bonne santé, c’est-à-dire sans aucune maladie apparente ni des taches.

Ensuite, enlevez la tête de la tige là où sont placées les fleurs fanées et le feuillage dans sa totalité. Néanmoins, épargnez  les deux dernières feuilles qui se trouvent au sommet de la tige. Cela a pour but de réduire l’évaporation.

Enfin, vous pouvez couper les tiges de vos rosiers mais faites-le en biseau. Assurez-vous de faire la coupe juste en haut d’un nœud  pour que vous obteniez des boutures d’une longueur  allant de 10 à 20 cm.

  • Étape 2 : L’application de la poudre d’hormone et la plantation des boutures

Prenez un récipient rempli d’eau et plongez dans celui-ci les morceaux de tiges pendant quelques minutes. Ensuite, appliquez une hormone pour la bouture au niveau de la partie de la tige que vous souhaitez implanter dans le sol. Il est possible de faire une installation en pleine terre, ou encore dans un pot, en utilisant du terreau léger ou même dans du sable. Sachez qu’il existe également un terreau spécial pour les boutures et semis.

  • Étape 3 : Le maintien de l’humidité

Pour garder un taux d’humidité convenable et permettre la pousse de vos boutures de rosiers,  vous devez les mettre sur une véranda, en serre, ou sous cloches. Vous devez absolument  les protéger du plein soleil, ainsi que des courants d’air.

Optez plutôt pour un lieu où il y a un peu d’ombre. Deux semaines après l’installation, les yeux vont petit à petit apparaître. Vous pouvez alors enlever la protection.  Dans le cas où vous avez fait le choix du pot, il est possible que vous voyiez des racines apparaître venant du trou de drainage.

  • Étape  4 : L’installation de votre œuvre en pleine terre

Dès l’arrivée du printemps, c’est-à-dire, au mois d’avril-mai, lorsque vous verrez apparaître les bourgeons et les racines, il est nécessaire que vous refassiez  une piqûre à vos boutures quand elles se trouveront à l’endroit où elles seront définitivement placées.

Les secrets de réussite d’une bouture de rosier

flower-2000159_1280

Il faut que vous gardiez une certaine humidité dans vos pots de bouture. Cependant, ne les gardez pas humides au soleil mais à la chaleur. L’idéal est que vous les placiez dans un endroit aéré afin d’éviter que les pourritures se développent.  Effectuez un arrosage régulier  pour favoriser la conservation de la terre fraîche. Toutefois, n’en abusez pas car un excès d’eau augmentera le risque que votre bouture pourrisse.

Si par malheur vos boutures pourrissent ou s’il y a sèchement,  cela veut dire que vous avez échoué. Mais dans le cas contraire, continuez à attendre, soyez patient et lorsque de nouvelles feuilles feront leur apparition, la bouture aura fonctionné. N’oubliez pas, à ce moment –là, de la mettre dans un plus grand pot pour lui permettre de se développer convenablement, jusqu’au jour où vous allez la planter en pleine terre.

Est-ce que le bouturage de rosiers est-il permis ?

blur-1835403_1280

Sur le plan théorique, la réponse à cette question est négative, dans la mesure où le nombre de nouveaux rosiers qui font leur apparition tous les ans aboutit au dépôt de ce que l’on appelle « un certificat d’obtention végétal » ou COV par les personnes qui les ont créés. Ce procédé permet la protection de la propriété intellectuelle de ces personnes-là. D’une certaine manière, il s’agit d’un brevet qui est limité pour quelques années seulement.

En principe, pour la multiplication d’un rosier sous protection, il faut l’obtention de l’accord du créateur. Néanmoins,  il ne faut pas avoir peur si votre but est juste l’agrémentation de votre jardin.

  • Combien de temps faut-il à une bouture de rosier pour avoir une bonne taille ?

Sachez qu’il vous faudra au moins trois ans pour que votre bouture atteigne une taille plus ou moins correcte. Toutefois, cette technique confère une plus longue vie aux rosiers car ils ne courent plus le risque d’une supplantation par un porte-greffe. Ce dernier est beaucoup plus vigoureux. Quant aux  critiques qui visent le fait de donner des sujets peu ou pas vigoureux du tout, cela n’est pas toujours véridique. De nombreuses variétés s’adaptent parfaitement à ce mode de reproduction, tandis que d’autres nécessitent la force d’un porte-greffe pour un meilleur développement.

Il y a des jardiniers qui font des boutures de rosiers en les plantant dans des pommes de terre ou en utilisant des bouteilles en plastiques, des emballages,  des journaux, etc.  Les possibilités qui s’offrent à vous sont donc multiples. Vous devez juste savoir qu’il est impossible de réaliser une bouture de rosier dans l’eau.

Vous avez la possibilité de choisir entre plusieurs techniques pour la bouture d’un rosier. Vous pouvez opter pour un bouturage à bois sec, un bouturage herbacé ou un bouturage semi-herbacé, encore connu sous le nom de bouturage demi-aoûté. Si vous voulez avoir le plus de chance possible pour réussir votre bouture, choisissez la dernière technique.

Avoir une toute nouvelle variété de rosier ou avoir des plantations plus jeunes, la multiplication de vos rosiers favoris ou la conservation d’anciens rosiers qu’il n’est plus possible de trouver dans le commerce, constituent tous de très bonnes raisons pour se tourner vers le bouturage.

Il est relativement facile de réussir une bouture de rosier, le reste ne dépendra que du type de rosier choisi ainsi que des  capacités de celui qui jardine. Il est important de savoir que la majorité des professionnels du jardinage ont une préférence pour la greffe, par rapport au bouturage, parce qu’elle est nettement plus rapide et favorise l’obtention d’un rosier qui aura une croissance plus homogène.

Comment réaliser le bouturage d’un rosier dans une pomme de terre ?

potatoes-1585057_1280

En premier lieu, percez un trou dans une pomme de terre à l’aide d’un tournevis ou d’une mèche de perceuse. Plantez une partie de la tige d’un rosier à l’intérieur du trou que vous venez de faire, puis, mettez-la dans le sol. Faites régulièrement l’arrosage et utilisez une bouteille renversée pour la couvrir et pour garder une humidité élevée. Comptez quelques semaines et vous aurez la satisfaction de voir un beau rosier bien enraciné.

L’idée de cette pratique est la suivante : la pomme de terre, lorsqu’elle pourrit, procure de l’eau à votre bouture. Certaines personnes disent que cette pomme de terre procurera également les nouvelles racines de votre bouture de rosier, chose qui est purement impossible dans la mesure où les molécules de sucre ne peuvent pas faire l’objet d’une absorption par des racines car elles sont simplement trop grosses.

Ce qui intrigue dans cette pratique c’est que les résultats seront quasiment les mêmes, même sans l’utilisation d’une pomme de terre.

  • Pourquoi la pomme de terre est-elle très prisée dans la réalisation d’une bouture ?

Souvent utilisée comme un support à court terme, il arrive très souvent que la pomme de terre se conjugue avec la bouture. Effectivement, elle dispose, d’une manière naturelle, une grande quantité d’eau. Se servir de pommes de terre pour les plantations constitue une assurance d’un environnement constamment humide. Cela évitera l’assèchement de la branche collectée.

  • Une surveillance continue de la croissance

Au tout début de la bouture, il est conseillé de mettre des bouteilles en situation lumineuse, tout en choisissant un emplacement à l’ombre. La conservation des boutures doit se faire dans un environnement où la température varie entre 20 et 25 degrés.

Elles n’auront alors besoin que de quelques semaines pour prendre racine. Si vous apercevez que les feuilles tombent, il ne faut pas vous inquiéter car la bonne croissance d’une bouture ne  se mesure pas à ses feuilles.

On peut dire qu’une bouture de rosier est morte, uniquement  lorsque le rameau noircit. Lorsque l’hiver arrive, veillez à ce que le lieu de l’emplacement des boutures ne soit pas chauffé. Les boutures doivent juste être protégées du gel.

Le choix de la plante d’origine

wild-rose-3454905_1280

Pour obtenir une belle plante,  vous devez choisir minutieusement la plante mère. Avant même d’entamer une bouture de rosier, vous devez passer par la sélection de la couleur ainsi que de la variété de la rose que vous souhaitez avoir. Assurez-vous que la plante est en pleine forme et choisissez-en une qui soit vigoureuse. Ayez une préférence pour les jeunes plantes.

Aussi, allez vous renseigner sur la norme allemande « ADR » car elle vous donnera la garantie d’un rosier de qualité supérieure, en plus d’être résistant.  N’hésitez surtout pas à recourir aux services d’un professionnel pour orienter vos choix lors de l’achat d’une plante que vous allez ensuite faire bouturer. Le label importe peu. Donc, ne tenez pas compte de cela car certains produits, même sans label, seront extrêmement résistants.

Faites également le bon choix pour ce qui est de l’emplacement de la bouture dans votre jardin. Pour une bouture de rosier, ne favorisez pas un endroit où il y a trop de soleil, sinon, la bouture risque très rapidement de s’assécher. Mais cela ne veut pas non plus dire que vous devez installer votre bouture de rosier  dans un endroit où il fait continuellement sombre. Choisissez un endroit où il y a un peu de soleil mais pas excessivement.

Bon à savoir

child-3326960_1280

Comme on vient de le dire précédemment, certains rosiers sont interdits de reproduction.  Dans le cas où vous réalisez des boutures de rosiers pour atteindre un objectif à caractère commercial, redoublez de vigilance en ce qui concerne ces créations. L’utilisation de ces dernières à des fins, autres que personnelles, elle peut facilement donner lieu à des poursuites judiciaires.

En résumé, la réalisation de la bouture d’un rosier peut être effectuée par tout le monde. Une personne ne doit pas indispensablement avoir la main verte pour réussir une bouture de rosier. Effectivement, il suffit juste de suivre certains conseils relatifs à la manière de s’y prendre, aux outils indispensables et aux choix primordiaux.

Encore une fois, faites attention aux roses protégées si vous tirez profit de votre activité de boutures de rosier car les créateurs n’hésiteront pas une seule seconde à enclencher une poursuite judiciaire à votre encontre.

Désormais, vous pouvez vous appliquer dans les boutures de rosier. Si vous suivez à la lettre les conseils qu’on vient de donner, vous aurez toutes les chances de réussir vos boutures. Et n’oubliez pas, la clé de la réussite réside dans la technique de réalisation de la bouture, mais aussi dans la suivie et l’attention que vous porterez à votre plante.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s