Comment procéder à l’isolation d’un vide sanitaire ?

La construction est une structure complexe. On doit prendre en compte de nombreux facteurs pour que l’ensemble du bâtiment ou de la maison puisse bien tenir en place. Dans la mise en place d’un tel projet, les constructeurs ne doivent, en aucun cas, négliger tel ou tel point. Et parmi ce qui constitue la hantise de tout le monde est le type de sol et ce dont il est constitué.

L’idéal est donc de trouver un sol susceptible de tenir une construction avec les bases implantées. Sauf que dans d’autres cas, avec un sol de constitution particulière, il est obligatoire d’installer un vide sanitaire ou encore un espace visitable. Mais comment alors procéder à l’isolation d’un vide sanitaire ? Les détails sur ce point.

Caractéristique d’un vide sanitaire

vide

La hauteur réglementaire est déterminée par «l’homme de l’art» en fonction de la nature du sol, de son hétérogénéité, de sa déclivité, de l’éventuelle présence de nappe phréatique, de son inondabilité, de l’accessibilité souhaitée en fonction des réseaux installés. Elles sont souvent des multiples de hauteurs de blocs béton constituant les murs périphériques de soubassement.

La finalité d’un vide sanitaire est d’être accessible et donc que cet accès doit être possible et suffisamment dimensionné pour permettre un accès aisé à un Homme. Il faut distinguer également les bâtiments d’habitation des bâtiments recevant du public. Dans les premiers, un vide sanitaire est raisonnablement considéré comme accessible s’il possède une hauteur H ≥ 0,60 m et s’il possède une trappe d’accès.

Dans le cas particulier de l’utilisation de gaz comme énergie, le passage d’une tuyauterie de gaz en vide sanitaire accessible et ventilé est autorisé sous réserve que celui-ci soit exempt de tous dépôts de matières ou matériels combustibles. L’accessibilité peut se limiter au passage de même hauteur (0,60 m) sur le parcours de la tuyauterie ainsi qu’entre ce parcours et la trappe d’accès.

En revanche, dans le cas des établissements recevant du public, l’accessibilité doit respecter une hauteur libre de 1,30 m minimum sur le parcours de la tuyauterie, ainsi qu’entre ce parcours et la trappe d’accès. En zones inondables, la surface des planchers habitables doit être calée au minimum à 0,80 m au-dessus du terrain naturel, ou à 50 cm au-dessus du niveau historique de l’eau.

Tous ces paramètres spécifiques doivent être pris en compte régionalement par le Maître d’ouvrage, ou le constructeur, en relation avec le Bureau d’Étude Structure pour tenir compte du Plan de prévention des risques consultable en mairie.

  • Accessibilité du vide sanitaire

L’accès au vide sanitaire n’est pas obligatoire réglementairement, mais indispensable pour d’éventuelles réparations des canalisations, de l’entretien ou des aménagements. Des « trous d’homme » auront été ménagés dans les refends pour rendre accessibles les différents volumes en sous-face du plancher.

Le vide sanitaire ne fait pas partie du volume habitable du bâtiment, il est en général d’une hauteur < 1,80 m. Il est dit « non accessible normalement ». Son accès peut être rendu plus ou moins aisé (DTU 65.10 : surface minimale d’accès de la trappe de visite : 0,60 m2, la plus petite dimension étant au moins égale à 0,60 m)

Cette trappe d’accès doit être ajustée à son tableau. Elle peut être pleine ou ajourée selon qu’elle participe ou non à la ventilation souhaitée, elle doit être aussi « verrouillable » pour des questions de sécurité, afin d’en interdire l’accès.

  • Ventilation du vide sanitaire

Comme n’importe quelle petite structure, le vide sanitaire a besoin d’aération.  La ventilation du vide sanitaire doit répondre à quatre exigences majeures, non plus seulement en fonction du type de plancher qui le constitue et de l’humidité apparente du sol qui le porte, mais surtout pour la pérennité de l’ouvrage dont il est le support et la santé des personnes qui l’occupent. Ces quatre exigences sont les suivantes : la durabilité, l’hygiène et la salubrité, la thermique, l’utilisation du gaz comme source d’énergie principale ou secondaire et la fonction anti-Radon, pour les zones concernées (31 départements concernés en France métropolitaine.)

Pour 100 m2 de surface au sol de vide sanitaire, les surfaces de ventilation qu’il faut réaliser pour répondre à ces exigences sont les suivantes :

Pour la durabilité : ≥ 500 cm2

Pour la thermique : de 500 à 1 500 cm2 (thermicien)

Pour le gaz : ≥ 500 cm2

Contre l’accumulation de radon : de 1 042 à 3 472 cm2 et /ou extraction/insufflation. Dans le cas particulier d’une maison individuelle qui utiliserait le gaz comme source d’énergie principale ou secondaire, le DTU 61.1(P45-204/INS d’avril 1982) donne comme instruction relative aux aménagements généraux (sept.2003), que l’amenée d’air indirecte doit satisfaire à certaines dispositions, notamment que l’air extérieur peut transiter par un vide sanitaire ventilé, celui-ci étant alors considéré comme un local.

Obligations en rapport avec l’installation

tool-2222458_1280(9)

Le vide sanitaire a été conçu pour des raisons variables. En général, sa mise en place a été adoptée pour limiter les dangers liés à l’humidité voire complètement les faire disparaître. Et une raison pour laquelle, dans certaines situations, il est obligatoire d’installer un vide sanitaire durant même la construction : dans le cas de sols argileux, sujets aux gonflements, dilatations, retraits…

Dans le cas de terrains en pente avec des risques de déplacement de construction, pente > 4 %, constitués de remblais, en banquette avec risques de tassements différentiels, en cuvette qui recevraient les eaux de ruissellement

Si le Maître d’ouvrage souhaite bénéficier de la garantie amenée par des produits industriels certifiés, sous Avis technique du CSTB.

Fonctions du vide sanitaire

Un vide sanitaire n’est pas installé sans aucune raison. Dans sa globalité, on peut le définir comme un espace protecteur des fondations mêmes de la construction. On rencontre deux types de vide sanitaire qui est sélectionné en fonction du type de logement. Ainsi nous avons le vide sanitaire accessible et celui qui n’est pas accessible. C’est un des critères les plus importants à prendre en compte si l’on veut absolument isoler un vide sanitaire.

On attribue alors à celui-ci diverses fonctions dont : faire en sorte à ce que l’humidité n’atteigne pas la maison et l’envahisse entièrement, optimiser la sécurité du plancher (en évitant par exemple les dégâts suite à un glissement de terrain), une bonne circulation de l’air naturelle peu importe la source tout en protégeant les fondations de la maison dans son ensemble.

Ce sont des fonctions attribuées pour les deux types mais dans le cas d’un vide sanitaire accessible et à hauteur variable, on peut : y stocker des objets étant donné qu’il fera office de débarras, on peut également aménager pour une cave à vin ou encore y mettre des installations diverses.

Isoler un vide sanitaire pour quelles raisons ?

road-sign-63983_1280(27)

De nos jours, les dépenses d’énergie sont de plus en plus importantes. Et même si nous nous focalisons spécialement sur l’électricité et autres moyens de chauffage de la maison, il est à noter aussi que le vide sanitaire a aussi ses dépenses quotidiennes. D’où l’intérêt de procéder à une isolation complète.

Donc dans l’intérêt principal de procéder à une isolation du vide sanitaire, on retrouve incontestablement les économies d’énergie. Elle peut être d’ordre de 15 % lorsque la facture affichera les chiffres. L’isolation permet aussi de profiter d’un confort plus prononcé au niveau du sol car la température est plus homogène. Avec une bonne isolation, on peut avoir un sol plus sain et nettement plus sec. Ce qui évite encore de l’humidité en surplus.

Un des choses que l’on redoute souvent avec les vides sanitaires c’est la montée des odeurs désagréables. On ne parle pas d’odeurs nauséabondes mais d’odeurs tolérables mais qui ne sont pas du tout agréables lorsqu’on les sent. En effet, les lieux humides sont propices à l’apparition des odeurs désagréables surtout lors des remontées des sols et aussi parce que la lumière ne peut pas s’y introduire.

Avec un taux d’humidité assez important aussi, des maladies sont à craindre car des personnes sont plus fragiles que d’autres et tolèrent moins l’humidité même à un taux acceptable pour certaines personnes.

C’est sur le point de déperditions thermiques que l’isolation du vide sanitaire joue son rôle le plus important. Avec les saisons et le changement climatique, on note des excès climatiques d’où une baisse ou une montée importante soit de l’humidité soit de la chaleur. Et dans l’ensemble on peut dire que ce n’est pas bien pour le plancher autant que pour la vie en général dans la maison.

Point à prendre en compte

Certaines personnes, quand elles entendent isolation du vide sanitaire, pensent immédiatement à combler le vide laissé entre le plancher de la maison et le sol naturel. Il est à noter que ce vide joue un rôle de base qui est d’être le tampon entre la construction et le sol.

De ce fait, il est primordial qu’il reste en tout temps ventilé. Dans l’isolation on s’attaquera plutôt aux planchers et parois latérales de la maison. Et cela se fait de deux manières : depuis l’intérieur de la maison si le vide sanitaire n’est pas accessible et en sous-face s’il est accessible.

Dans le cadre d’une rénovation, commencer par vérifier que le vide sanitaire est bien ventilé et qu’il n’est pas exposé à des excès d’humidité préjudiciables à la durabilité des matériaux mis en œuvre.

Si c’est le cas, il faudra procéder aux travaux d’assainissement nécessaires en essayant de pallier aux causes qui peuvent être à l’origine de ces désordres et qui peuvent être de nature différente et dont les effets peuvent se cumuler : résurgences de la nappe phréatique avec humidification des soubassements de la maison, infiltrations à travers les murs du vide sanitaire, défaillance du système d’évacuation des eaux pluviales …

Il faudra peut-être mettre en œuvre différents procédés comme l’étanchéification des fondations, le drainage en périphérie … , pour parvenir à un assèchement durable et nécessaire avant la pose d’une isolation.

Enfin, si besoin, n’hésitez pas à créer un système d’aération efficace pour éviter que ces problèmes réapparaissent. Sans ces précautions préliminaires, votre isolant se détériorera rapidement et perdra toute efficacité.

Méthodes d’isolation du vide sanitaire

Les méthodes adaptées changent en fonction du type de vide sanitaire. On doit également prendre en compte le type du sol, l’humidité et sa nature. Mais avant de commencer l’isolation en question il est à porter à votre connaissance qu’on doit également isoler le plancher de la maison.

  • Isolation du vide sanitaire s’il est accessible

Un vide sanitaire est accessible quand le vide laissé est assez spacieux pour que l’on puisse s’y introduire ou encore y déposer des objets. On dispose de ce fait de divers matériaux d’isolation. On peut procéder par une isolation avec du polystyrène extrudé en optant pour les panneaux clipsables qui sont les plus pratiques. On les emboîte tout simplement en faisant le bon choix des dimensions des panneaux. On les propose à épaisseurs variables donc à un prix variable aussi. La performance jouera en fonction de l’épaisseur choisie.

Le polyuréthane est aussi un matériau très utilisé. Il est présenté en forme de panneaux isolants et sont très conseillés pour des vides sanitaires en béton. Vous pouvez aussi opter pour de la mousse PUR adéquate pour les supports irrégulier avec une adhérence très appréciable. Le plus gros avantage de la mousse est qu’elle réduit très bien les risques de ponts thermiques car elle se répand même sous les gaines et conduites. Dans son ensemble, on peut dire que la mousse est plus performante que les autres matériaux.

Et enfin avec l’engouement partagé pour la protection de la nature, on dispose aussi des matériaux écologiques. Les plus communs sont la laine de chanvre, le liège et la ouate de cellulose. Ils sont utilisés dans le cas d’un vide sanitaire ventilé et assaini. Il faut noter cependant que ces matières reviennent plus chères et que la pose doit être effectuée par des professionnels. Donc outre le prix des matériaux s’ajoute aussi le tarif de la main d’œuvre pour la pose.

Même s’il s’agit d’un vide sanitaire qui est totalement accessible, il faut tout de même passer par une isolation du plancher de la maison. Et l’isolation se pose avant la pose du revêtement du plancher. On peut alors utiliser les mêmes matériaux cités en dessus. Cette méthode n’est pas obligatoire cependant pour une isolation optimale elle est très conseillée. Et il est plus adéquat d’utiliser la mousse car elle est plus performante en permettant de rattraper les faux niveaux.

  • Isolation du vide sanitaire s’il n’est pas accessible.

Lorsque le vide sanitaire n’est pas accessible, vous n’avez qu’une solution, isoler le plancher sur sa face supérieure depuis l’intérieur de la maison. Si c’est du parquet, vous retirez les lames et vous placez dessous un isolant en plaque comme le polystyrène, le polystyrène extrudé (XPS) , la mousse polyuréthane. .. Dès que l’isolant est posé, il ne vous reste plus qu’à remettre les lames en place.

Si le plancher est constitué d’une dalle de béton, vous devrez la nettoyer correctement, puis poser directement l’isolant en plaque. Il doit alors offrir à la fois une excellente résistance thermique mais aussi mécanique car il devra supporter le revêtement de sol sans déformation. Il peut être en laine minérale, XPS, polystyrène ou polyuréthane. Vous ajoutez par la suite un film plastique sur l’isolant et vous coulez une chape sur la surface.

Ensuite, vous n’avez plus qu’à mettre le revêtement que vous avez choisi. Quand votre vide sanitaire offre peu de hauteur ou une accessibilité limitée, vous ne pourrez pas poser d’isolant au plafond. Dans ce cas, il est indispensable d’isoler le sol. Optez alors pour des granulés de polystyrène expansé. Ces billes sont soufflées par projection sur le fond du vide sanitaire, remplissant en partie celui-ci. La performance thermique est un peu moins intéressante dans ce type d’isolation puisque les parois latérales peuvent laisser passer froid et vapeur.

En isolant le plancher, vous la renforcez. Isoler le sol naturel reste néanmoins utile et économique. Si jamais le niveau des eaux souterraines s’élevait, le matériau flotte sur ces dernières, mais garde ses propriétés isolantes. Il empêche alors la formation de condensation d’eau au niveau du plancher et la remontée d’odeurs désagréables. Cette méthode peut être utilisée pour un vide sanitaire accessible, couplée avec l’isolation des parois et du plancher.

Le coût de l’isolation d’un vide sanitaire

house-167734_1280(1)

Le coût de ces travaux varie suivant le type d’isolant sélectionné, la configuration de votre vide sanitaire et son accessibilité.

Si vous décidez de le faire vous-même, l’isolation est possible à partir de 10€ le m². Il vous faudra un kit de montage, des bouchons et un marteau perforateur, mais surtout prévoir du temps… quelques jours de congés pour réaliser ces travaux. Compte tenu de l’exiguïté des lieux en général, il faut savoir que ce n’est pas un travail des plus agréables. N’hésitez pas à demander conseil au vendeur quand vous achetez l’isolant, en effet, mal faite une isolation ne sert à rien : des courants d’air se forment si l’isolant se détache.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s